Ecrire, un outil de développement personnel ?

Je m’attaque à un sujet épineux aujourd’hui. Peut-on considérer le fait d’écrire comme un instrument de développement personnel ? Voici ma réponse, absolument pas scientifique, à la question. Il s'agit ici uniquement de mon analyse.

D’abord, c’est quoi, le développement personnel ?

Pour moi, c’est une notion un peu vague qui me renvoie à des images de dépassement de soi, de sortie de sa zone de confort, d’apprendre qui l’on est vraiment. Ça me fait également penser aux « coachs » américains (bien que cette pratique se répande) qui font des séminaires à 500 $ l’entrée, intitulés « osez vivre votre propre vie » ou « devenez millionnaires, c’est votre destinée » (titres véridiques !).

Vous voyez cette scène où le gars est seul sur scène devant des centaines de personnes, qu’il en choisit une au hasard et lui hurle dessus : « say you’re a winner ! You’re a WINNER ! », jusqu’à ce que l’autre crie aussi ou s’évanouisse, et tout le monde applaudit ? Pour moi, c’est un peu ça le développement personnel. Des charlatans qui vendent du rêve aux gens contre beaucoup d’argent. Je pars de loin !



À la suite de mes diverses pérégrinations sur la toile (oui, je parle comme une personne d’un certain âge), j’ai découvert qu’il n’y avait pas de définition officielle pour le développement personnel. Chacun a la sienne. Toutefois, nous pourrions résumer les choses ainsi : c’est un concept qui puise sa source dans la philosophie et la psychologie moderne. Cette notion se traduit par un ensemble de pratiques intellectuelles (philosophiques et psychologiques, donc), sportives, diététiques, religieuses et/ou ésotériques. Le but n’est pas de soigner un problème mental (que ce soit du stress, un traumatisme…), mais de viser à son propre épanouissement personnel, professionnel, émotionnel… En fait, de se sentir bien à tous les niveaux de sa vie. À partir de là découlent des tonnes de pratiques, de courants de pensée, de méthodes… Certaines sont très saines et d’autres, comme mes pseudo-coachs, peuvent amener à des dérives d’escroquerie et même de sectarisme. Miam !

Bien, mais l’écriture dans tout ça ?

Sur tous les sites de techniques de développement personnel, il y a des exercices en lien avec l’écriture. Oui, mais voilà ! Tous ces ateliers ont le même but commun : votre introspection. Vous écrivez sur vous et surtout pour vous. Il s’agit de permettre à son esprit de se vider, à le rendre plus léger en extériorisant les pensées parasites et négatives. Je trouve cela très intéressant et, pour l’avoir expérimenté (oui, on ne juge pas sans connaître), je reconnais très volontiers les vertus de ces méthodes. Je ne doute pas que certaines personnes trouvent par ce biais un bien-être, une paix intérieure ou tout simplement le recul nécessaire pour gérer une situation.

Or, quand je parle d’écriture, j’entends la création d’un roman avec son intrigue, ses personnages, son décor. Un ouvrage de fiction destiné à être lu par autrui.

Eh bien, je n’ai rien trouvé de concret (entendre ici, scientifique) à ce sujet. D’ailleurs si vous connaissez de bons articles, je suis preneuse ! Je vais donc tenter, par mon expérience et les discussions que j’ai pu avoir avec d’autres auteurs, de déterminer ce qu’il en est. On respire, et on se lance !

Un outil de réussite professionnelle ?

Je pense qu’écrire de la fiction peut servir à mener à bien des projets dans d’autres aspects de sa vie, notamment dans le domaine professionnel.

Premièrement, écrire permet de développer son imagination. Beaucoup d’auteurs sont dotés d’une grande inspiration, mais au cours des discussions, l’on s’aperçoit qu’elle n’a pas toujours été ainsi. Même si elle était forte, leur imagination s’est développée. Si vous êtes auteur, vous avez peut-être fait ce constat en comparant vos premiers et vos derniers écrits. Ce fait est avéré. C’est d’ailleurs pour cela que les enfants apprennent à rédiger des « sujets d’inventions » durant les cours de français.

Écrire permet aussi un meilleur apprentissage. Le fait de créer stimule un état de concentration. Renouveler régulièrement l’écriture permet d’atteindre cet état plus facilement. La croissance de la faculté de mémorisation peut également être une conséquence. Un auteur, s’il veut que son roman soit cohérent, doit apprendre un minimum de chose : les personnalités de ses personnages, les grandes lignes de son univers, ainsi que les intrigues de son histoire.

Tout vient avec l’expérience ! Ainsi un auteur va améliorer son style au fur et à mesure de ses romans. Cette progression va lui permettre d’acquérir de meilleures facultés de rédaction, qu’il pourra mettre au profit de son activité étudiante, professionnelle…

Une autre chose que l’écriture permet d’acquérir, c’est la régularité. En effet, si l’on veut parvenir au bout de son récit (surtout dans le but d’être publié), il faut être régulier dans ce domaine. Et c’est comme tout, ça s’apprend !

Personnellement, écrire des romans m’a aussi appris la persévérance. Il m’en faut pour vaincre les pages blanches, les personnages qui se rebellent et les périodes de découragement !

L’écriture d’un roman permet donc, semble-t-il, d’acquérir des capacités utiles, principalement dans le domaine professionnel. Avoir des compétences développées améliore la qualité de son travail. Si notre travail est meilleur, on est plus épanoui dans son travail. Si on est épanoui, on a une meilleure estime de soi. C’est tiré par les cheveux, me dites-vous ? Oui, peut-être, mais je trouve que cela fait sens. Je considère donc que l’écriture de romans entre dans la case « développement personnel », qu’en pensez-vous ?


Et au niveau personnel alors ?

Bah oui, Mira ! Au niveau personnel, alors ? Que la question est vaste ! J’avoue que je regrette un peu d’avoir choisi ce sujet !

L’écriture de roman, notamment de fiction, aide à diminuer le stress. Quand j’écris, je me sens totalement libre. Je suis le maître du jeu et c’est très bon pour mon moral ! De plus, il n’y a plus de conventions sociales à respecter, l’écrivain a le droit de tout dire, de tout penser ! Le moment de la création revient à une bouffée d’air frais dans ce monde qui est vite anxiogène.

Certains auteurs sont de vrais tortionnaires avec leurs personnages (ben, il faut qu’il y ait suffisamment de rebondissements, hein !). Moi, torturer mes protagonistes, ça m’aide à prendre du recul. Que l’histoire se passe dans un monde imaginaire ou non, dans le passé ou le futur, ou même le présent, savoir que je ne vis pas un cauchemar comme le leur, ça me permet de relativiser. Quand les héros sont malmenés et torturés, physiquement ou psychologiquement, je trouve ma vie plus douce. Ou c’est peut-être que je suis un peu bizarre…

On ne va pas se mentir. Même si l’on écrit de la fiction, on parle quand même un peu de soi. Et c’est normal, on fait avec ce que l’on connaît. Dans cette optique, produire un roman donne un moyen d’extérioriser ses expériences, bonnes ou mauvaises, et ses émotions. Ainsi, on se décharge un peu de nos fardeaux et de nos fêlures personnelles.

Un auteur cherche à provoquer des émotions chez son lecteur. Pour cela, il doit lui-même les vivre, ou du moins les comprendre. Par cette analyse, je trouve que l’on fait un travail sur soi. On essaye de mieux appréhender nos réactions et de prendre du recul par rapport à elles. Je ne sais pas si cette phrase est très claire… Dites-moi en commentaires !

Ce que je retiens de ce petit travail c’est que finalement, peu importe ce qu’on écrit, les effets sont approximativement les mêmes ! Oui, tout ça pour ça !

Quoiqu’il en soit, je trouve qu’écrire est une expérience formidable. Même s’il y a des hauts et des bas, on apprend toujours quelque chose, que ce soit sur un sujet utile pour le réalisme du récit, ou sur soi-même ! Alors, écrivez ! Écrivez à en avoir mal ou cou, au poignet (et aux fesses, si votre fauteuil n’est pas confortable), tant que cela vous apporte du bonheur ! Au fond, ce n’est pas ça le développement personnel ? Faire quelque chose que l’on aime malgré les inconvénients ?

Vers une définition du développement personnel

Au fait, c'est quoi le développement personnel ?

Développement personnel

L'écriture, entre développement professionnel et développement personnel

Ecriture et développement personnel

Quels sont les bienfaits de l'écriture ?

bienfaits insoupçonnés de l'écriture

Écrire des lettres

Nouvel article, nouveauté...

Inscrivez-vous à la newletter pour ne rien rater !