Le bonheur par procuration

Est-il possible de ressentir de la satisfaction pour la réussite d’un autre ? Peut-on s’approprier sa joie quand son œuvre se vend bien ? A-t-on le droit d’être enthousiaste quand un roman qui n’est pas le nôtre reçoit de belles critiques ? Ces questions, je me les pose depuis quelques mois. Depuis que les premiers romans que j’ai bêta-lu sont parus.

D’abord, j’ai pensé que je n’éprouvais ces sensations que pour une raison simple : l’autrice est mon amie. J’étais fière et heureuse que son travail, que je sais acharné, paye. Les classements Amazon, les avis positifs… j’étais contente chaque fois qu’elle m’annonçait une bonne nouvelle. En plus d’avoir bêta-lu ses romans, j’ai aussi participé aux choix des couvertures et à d’autres menus détails, en essayant de l’aider du mieux que je pouvais. Je trouvais légitime d’être heureuse, car j’avais été active, à mon niveau, dans la concrétisation de ces projets. Puis, j’ai commencé les bêta-lectures pour d’autres auteurs.

Même lorsque j’étais bénévole, j’ai toujours mis un point d’honneur à fournir un travail de qualité, le plus professionnel possible. Cet investissement de temps et de concentration est important pour moi, car mon but a toujours été d’aider les autres du mieux possible, pour qu’ils réussissent le mieux possible. Je ne dis pas que mon travail est irréprochable ou bien que je suis indispensable, loin de là. Seulement, quand on fait quelque chose, on le fait bien ou on ne le fait pas.

J’ai suivi les évènements pour tous les romans sur lesquels j’ai travaillé. Depuis les annonces de leur sortie, jusqu’aux critiques qu’ils ont reçus. J’ai reposté des stories pour faire de la publicité, et j’ai même écrit des commentaires Amazon, pour aider (je vous vois venir : je dis toujours ce que je pense, je n’invente pas pour faire plaisir !). Pour moi, le bêta-lecture ne se résume pas à lire et donner un avis. Cela va bien au-delà. J’essaie, avec mes petits moyens, d’accompagner et de soutenir les auteurs jusqu’au bout.

Et oui, je vis leur bonheur par procuration. Les voir réussir m’emplit de joie ! Je n’ai pas besoin d’écrire et de publier un roman pour ressentir ce bonheur et cette appréhension. Je les vis, un petit peu, à travers vous, les auteurs. Merci pour ça !

Je ne recherche pas par là une forme de reconnaissance, je suis juste contente pour les auteurs. J'avoue, un de mes petits plaisirs personnels, c'est quand je reçois les livres sur lesquels j'ai travaillé. J'adore !

Est-ce que tous les bêta-lecteurs ressentent ça ? Je ne saurais le dire. Je sais seulement que c’est mon cas et que ça rend mon travail merveilleux !

Mon petit espace de travail improvisé

Je voudrais vous présenter le dernier roman sur lequel j’ai eu la chance de travailler : Eden, Livre I, L’Appel de la Corneille de Ian Valderen.

Si vous aimez les romans policiers qui mêlent mystères et disparitions inquiétantes, allez-y ! Il est dispo sur Amazon depuis peu (par Ici).

J'ai vraiment pris beaucoup de plaisir a travailler dessus. Déjà car le style d'écriture est fluide. Puis car j'ai été happée par l'histoire. Il y a du rythme des personnages attachants (et parfois un peu énervants !). J'ai vraiment hâte de lire la suite !

Eden est le premier roman de Ian a l'auto-édition. Je vous invite à le découvrir et peut-être même à le soutenir ;)

Résumé :

Érin McKenzie a toujours rêvé de vivre à Éden, cette métropole faramineuse considérée par le reste du monde comme le nouveau paradis terrestre. Récemment mutée au Bureau d’Enquêtes Criminelles, elle doit composer avec le mauvais caractère de son nouveau coéquipier, le capitaine Bull, et les machinations de sa hiérarchie.

Lorsqu’une étudiante portée disparue est retrouvée assassinée, la culpabilité de la pègre semble indéniable, mais des indices laissent suggérer l’implication de forces plus obscures. Contrainte d’enquêter sur la face cachée d’Éden, Érin voit sa conception de la réalité s’effriter à chacun de ses pas.

Comment entrevoir la vérité dans une cité érigée dans le culte du secret ? Qui cherche donc à l’éliminer ? Pourquoi aperçoit-elle un oiseau de malheur chaque fois qu’elle lève les yeux vers le ciel ? Résistera-t-elle à l’appel de la corneille ?

Franchissez le seuil d’un monde où se mêlent ésotérisme, mythologies et fantasy. Explorez les profondeurs d’une terre qui pourrait apporter le salut à l’Humanité ou la conduire à la damnation.


A bientôt !

Mira

Écrire des lettres

Nouvel article, nouveauté...

Inscrivez-vous à la newletter pour ne rien rater !