Les fautes et l'écriture inclusive

Salut les p’tits gnomes ! Aujourd’hui, je voudrais vous parler fautes d’orthographes et écriture inclusive. On m’a fait remarquer plusieurs fois que je faisais des fautes dans mes posts, articles et Newsletters et que je n’utilisais pas l’écriture inclusive. Revenons un peu sur tout ça.



Les fautes

Avec mes métiers d’autrice et d’expertise littéraire, est-ce bien normal que je fasse des fautes ? Oui. Merci, c’est gentil d’être passé !

Bon, allez, je vais pousser un peu plus l’argumentation. En fait, elle pourrait tenir en une unique phrase : je ne suis pas correctrice.

Mon travail, ce n’est pas de ne pas faire de fautes, c’est d’inventer, de créer et d’analyser des histoires. Alors oui, je fais quand même un minimum attention quand j’écris et je passe un petit coup d’Antidote, mais ça ne fait pas tout. Parfois il reste des coquilles. Parfois aussi, je suis fatiguée ou pressée et je fais beaucoup moins attention. Ça arrive. Je ne suis pas un robot.

Et puis, pour être honnête, j’ai toujours été nulle en français. Enfin, en orthographe, parce qu’en écriture d’invention je ne touchais plus terre ! Un de mes professeurs au collège privilégiait d’ailleurs le contenu à la forme (époque bénie !). Des règles de français, j’en apprends tous les jours. Je m’améliore donc régulièrement. Si j’arrive en m’en souvenir...

Alors, je suis vraiment heureuse pour vous si vous ne faites jamais de fautes, mais moi j’en fais, je le sais, pas la peine de me le faire remarquer 😉


L’écriture inclusive

Ah l’écriture inclusive ! On la voit fleurir de plus en plus. Je ne l’utilise pas. J’ai essayé, mais je ne pense pas que je le referais. Pourquoi ? Parce que je trouve ça assez désagréable à lire, surtout quand le texte est un peu long. C’est un avis personnel, bien sûr, et je comprends que certains ne soient pas d’accord. Quand je lis un texte en écriture inclusive, je le trouve plus hachuré, le cerveau doit faire le tri dans ce qu’il voit et je me concentre moins sur le fond.

Il n’y a pas de genre neutre en français. C’est comme ça. Peut-être faudrait-il en créer un, mais sans les « .e », « .elle », « .e.s »... À vouloir l’égalité, autant aller jusqu’au bout du projet.

En ce qui concerne le combat féministe derrière... chacun en pense ce qu’il en veut. Personnellement, je pense qu’il y avait des choses plus importantes à faire avant ça (l’égalité des salaires, par exemple). De plus, on peut encore reprocher à l’écriture inclusive de mettre le masculin avant le féminin. Et dans un mouvement pour la reconnaissance de tous les genres, qu’en est-il de ceux qui ne sont ni hommes ni femmes ? Je rejoins mon idée, à vouloir recréer une manière d’écrire qui se veut plus égalitaire, autant le faire vraiment et inventer un genre totalement neutre.


Pour conclure ce très court article : oui, je fais des fautes, c’est comme ça. Je fais attention, mais parfois il en reste.

Je n’aime pas l’écriture inclusive, je la trouve difficile à lire et, si l’ambition derrière est louable, la réalisation ne me plaît pas.


La bisette !




* Antidote est un logiciel de détection de fautes, de répétitions et de niveau de français (entre autres). Il est vraiment bien si vous devez écrire régulièrement.

31 vues0 commentaire