#mercilauteur, part 2

Retrouvez ici, la suite et fin de ma participation au défi "Merci l'auteur, merci l'autrice" du mois de décembre 2020.





17 : Celui que tu regrettes de ne pas avoir terminé.


Merci Catherine Fisher pour L’Oracle.

C’est ma plus grande déception littéraire : je n’ai lu que les deux premiers tomes. Déjà fascinée à l’époque


par les mythologies, je m’étais ruée vers le premier tome et le second, L’Archonte, avait vite suivi. J’avais tant aimé les complots, les manigances, et l’héroïne, Mirany ! Ça a d’ailleurs été un de mes pseudos, dans un lointain passé.

Malheureusement, je n’ai pas trouvé le troisième tome. Puis, le temps passant, j’ai commencé à oublier les détails, puis l’histoire et ma recherche du précieux livre s’est arrêtée. Madame Fisher, je ne peux pas rester ainsi, vous avez créé un univers que j’ai adoré et il me manque. Je vais donc trouver ce dernier tome et relire toute la trilogie. Je n’ai pas peur, je sais que je l’aimerais tout autant que quand j’étais plus jeune.


Pour ces beaux souvenirs, merci Catherine Fisher.



19 : Celui qui t’a donné envie de voyager.


Merci Rafael Ábalos pour Grimpow, l’élu des templiers.

Peut-être commencez-vous à le comprendre, j’ai une passion pour l’Histoire. C’est donc tout naturellement que je me suis dirigée vers ce roman quand j’ai compris la période et qu’il parlait de templiers ! Même si l’histoire est en France, ce livre m’a donné envie de voyager. Je voulais découvrir tous les endroits décrits. M. Ábalos, votre écriture des énigmes, de jeux de mots a développé en moi mon goût pour les mystères en tout genre. Après cette lecture, je me suis intéressée aux templiers et j’ai eu une nouvelle fois envie de découvrir tous les lieux que je voyais.

Je ne saurais comment l’expliquer, mais j’ai vraiment eu envie de voyager en vous lisant, même en France.


Pour m’avoir rappelé qu’il n’y a pas besoin d’aller loin pour faire un incroyable voyage, merci Rafael Ábalos.



21 : Celui que tu feuillettes régulièrement.



Merci Édouard Brassey pour la Petite encyclopédie du Merveilleux.


Alors, là, j’ai complètement craqué quand j’ai vu ce livre. La couverture imitation vieux cuir, la typographie et surtout le thème ! Il n’y avait pas de doute, il me fallait ce livre.

Certes, ce n’est pas un roman, mais que les illustrations sont belles, et quel travail M. Brassey vous avez fait là pour nous fournir cette incroyable encyclopédie ! Il y a tant de choses à savoir et à explorer dans cet ouvrage. Je l’ai toujours, il est près de moi, et je découvre ou redécouvre souvent des créatures incroyables.


Pour ces savoirs, pour cette retombée en enfance à chaque fois, merci Édouard Brassey.



23 : Celui que tu connais sans avoir lu.


Merci JK. Rowling pour Harry Potter.


Ne me jetez pas de pierres ! J’ai lu une partie du premier tome et je n’ai pas accroché… En revanche, ma sœur les à tous lu, j’ai lu sur l’univers (des choses écrites par d’autres personnes), j’ai vu les films, ai joué à certains jeux… Je ne connais certes pas les détails des romans, et j’ai d’indéniables lacunes, en revanche, je trouve ça formidable, Mme Rowling, l’univers que vous avez réussi à créer et encore plus qu’une communauté de passionnés ce le soit s’y aisément approprié !

Je passerais sur les diverses polémiques (fortes inspirations, dérapages médiatiques…).


Pour cet incroyable univers et pour ma lettre à Poudlard qui n’arrivera jamais, merci J. K. Rowling.



25 : Ton dernier coup de cœur.


Merci AD Martel pour Les larmes de Saël.


Ai-je besoin d’en dire plus ? L’univers, les personnages, l’intrigue, les messages… Tout est génial. Martel, tu as une plume incroyable qui me pousse à me dépasser quand j’écris (parce qu’il faut que je te fasse lire quelque chose de bien pour être un minimum à ta hauteur !). Je suis totalement fan de cette saga et je suis très fière d’avoir vu les premiers tomes rejoindre ma bibliothèque (surtout avec ces incroyables dédicaces). Tu n’as pas intérêt à arrêter ! Spoiler tome 2 : rends-nous Ashkan !


Pour ces joies et ces peines durant la lecture et pour ta confiance, merci AD Martel.



27 : Ton classique.


Merci J.R.R. Tolkien pour Le Hobbit.

Il était impossible de remercier des auteurs sans citer le maître de la fantasy : J.R.R. Tolkien.

Le Hobbit est le premier de vos romans, M. Tolkien, que j’ai lu. Je peux aisément comprendre que votre style ne plaise pas à tous, car vous aimez beaucoup faire durer les descriptions. Personnellement, ça ne me pose aucun problème et le Hobbit est l’un de mes classiques, qui reste précieusement et à tout jamais dans ma bibliothèque. Vous êtes un auteur de fantasy incroyable auquel je souhaiterais ressembler. Vous êtes parvenu à créer un univers si vaste, si complexe, avec ses propres langages, ses coutumes, son histoire, ses inspirations… Je trouve cela remarquable. Si vous étiez une star actuelle, j’aurais des posters de vous accrochés dans ma chambre, sans aucun doute. Vous êtes un exemple, un modèle, un maître. Votre histoire me rappelle aussi que parfois, les histoires prennent du temps à écrire, mais qu’il ne faut pas abandonner.


Pour guider ma quête, merci J.R.R. Tolkien.



29 : Ton incontournable.


Merci Pierre Bottero pour Le Pacte des Marchombres.

Cette trilogie, je l’ai lue après La Quête d’Ewilan, quand j’étais ado. Elle m’a totalement marquée. Vous étiez un homme inspiré et inspirant qui me rappelle que les Français aussi peuvent écrire et le faire bien. Vous disiez n’avoir pas l’impression d’inventer quoi que ce soit, et c’est peut-être cette humilité qui transpire dans votre écriture et rend vos romans si captivants.

Vous demeurerez pour moi un des maîtres francophones de fantasy et votre parcours et un exemple. Vos personnages sont ancrés en moi et, assurément, une part d’eux, de vous, surgit dans ce que j’écris.


Pour cette trace indélébile, merci Pierre Bottero.



31 : Celui avec qui tout a commencé.


Merci Erik L’Homme pour Le Livre des étoiles.

J’ai beaucoup parlé de livres que j’ai lu enfant et adolescente. Je lisais beaucoup plus à cette époque et ces romans ont eu un impact sur mon développement. Ils ont marqué ma vie, je crois que l’on peut le dire. Mais il y a une trilogie qui se démarque du lot. La vôtre, M. L’Homme. Ce sont les premiers vrais livres que j’ai lus et vous ne pouvez imaginer l’impact qu’ils ont eu sur moi. C’est en vous lisant que j’ai su qu’un jour, je raconterai des histoires ? C’est vous qui m’avez donné envie d’écrire et de créer des univers entiers.

Cette reconnaissance, je la traîne depuis longtemps et je vous l’ai déjà partagé dans une lettre, alors que j’allais rentrer au lycée. Vous ne pouvez pas savoir la joie que j’ai éprouvée en recevant une réponse. J’ai tout gardé, votre courrier, les goodies et même l’enveloppe (je ne suis pas folle, ne vous inquiétez pas !). Quand je doute de ce que j’écris, du chemin à prendre, je relis ces quelques phrases toutes simples, mais qui me font toujours sourire. Ce simple geste de votre part, vous l’aurez compris, a plus de dix après toujours autant d’influence sur moi.


Pour tout ce que vous m’avez apporté sans le savoir, merci Erik L’Homme.



0 vue0 commentaire
Écrire des lettres

Nouvel article, nouveauté...

Inscrivez-vous à la newletter pour ne rien rater !