Mira Do, l'entreprise ?

Mis à jour : juil. 15

Vendredi, AD Martel m’a présenté, dans sa vidéo sur les bêta-lecteurs, comme bêta-lectrice professionnelle. Mais comme vous avez pu le constater, rien sur mon site ne le laisse entrevoir. Alors, qu’en est-il réellement ?

Il y a… en réalité, je ne sais pas exactement combien de temps. Bref, il y a environ cinq ans, je me suis lancée dans le monde de l’écriture. J’y suis entrée doucement en m’inscrivant sur un forum littéraire. Je voulais avoir des avis sur un gros projet (toujours et éternellement en chantier) que j’étais en train d’écrire.

Je ne connaissais absolument rien à cet univers ! Je ne savais pas comment être efficace dans la rédaction, comment rendre des personnages intéressants, je ne savais pas qui étaient les acteurs de l’édition, je ne savais pas comment fonctionne une maison d’édition (j’avoue que je ne suis toujours pas sûre d’avoir compris !)… J’avais tout à apprendre. Et ce forum a été un très bon maître. Les gens étaient vraiment gentils et attentionnés. Mais surtout, ce que j’ai découvert, c’est la bêta-lecture. J’adore écrire, mais quelle joie de lire les romans des autres, de les aider et de les conseiller ! Une passion est née. Depuis, je n’ai jamais arrêté, et mes talents ont servi principalement AD Martel (oui, c’est ma copine donc je la cite partout !).

Mais voilà, cette année, beaucoup de choses ont changé. J’ai fini mes études et nous avons été confinés à la suite à l’épidémie de Covid-19.

J’ai fait une licence d’archéologie et un master dans le patrimoine bâti. C’est un milieu qui me plaît. J’étais d’ailleurs très heureuse de réaliser mon dernier stage dans un château de la Loire pendant six mois. Bon, il a été annulé à cause de la maladie. Les mois de réflexion que je pensais avoir se sont réduits à quelques semaines. La quarantaine m’a permis de réfléchir (et d’angoisser) sur ce qui allait se passer ensuite.

J’adore l’histoire et le patrimoine, mais mon master ne s’est pas très bien passé. Il y a eu beaucoup de problèmes d’organisation, de matières disparues… Enfin, je ne me sentais pas formée pour me lancer dans le monde du travail. Mais que faire alors ?

La solution m’est alors apparue évidente : de la bêta-lecture. J’aime ça, j’y suis plutôt douée et l’idée d’être mon propre patron me séduisait grandement. Je me suis alors renseignée sur les statuts, les tarifs, les frais… Et contre toute attente, malgré la promesse d’un avenir incertain, je me suis dit : pourquoi pas ?

Pour être sûre que le métier me plairait réellement, je me suis mise en condition. J’ai accepté de faire des bêta pour plusieurs auteurs, pendant un mois non-stop. J’ai éprouvé le rythme du métier, ses aléas et ses avantages. Encore une fois, j’ai adoré !

Moi-même, voguant vers mon avenir professionnel

Me voilà donc aujourd’hui ! Je finalise mon projet d’entreprise, je me renseigne sur le statut d’autoentrepreneur, et j’écris ces lignes pour vous.

J’ai prévu trois formules de bêta-lecture et j’ai l’intention de fournir un accompagnement personnalisé pour les auteurs (je vous en dirai plus rapidement). Je fourmille d’idées ! Il y a tellement de choses que je voudrai essayer et vous proposer !

Une entreprise se profile donc bel et bien à l’horizon. Et si ce dernier demeure sans nuages, l’ouverture devrait se faire au mois de septembre 2020 !

Je suis à la fois heureuse et angoissée quant à ce lancement. J’espère vous trouver au rendez-vous, amis auteurs, mais aussi vous, les personnes qui hésitez encore à vous jeter dans le grand bain. N’ayez pas peur d’avancer ou de trébucher, vous trouverez ici une main pour vous rattraper !


A bientôt, donc.


Mira

Écrire des lettres

Nouvel article, nouveauté...

Inscrivez-vous à la newletter pour ne rien rater !