On est tous nul

Mais ça va bien se passer



Peut-être que le titre de cet article vous a intrigué. Peut-être qu’il vous a outré. Peut-être qu’il vous a tiré un sourire. Mais maintenant que j’ai votre attention, je voudrais qu’on parle d’un sujet important : apprendre à écrire.


La semaine dernière, plusieurs choses m’ont donné matière à réflexion. Après un retour d’expertise, l’autrice était déçue, car elle pensait avoir régressé. Lors de ma réécriture, je me suis rendu compte que certains passages étaient d’une lourdeur extrême alors que je pensais ne plus faire ce genre d’erreur. Jennifer Daïna a proposé sur Instagram un débat sur l’utilité de se former à écrire.

Mon petit cerveau a tourné à mille à l’heure. Oui, non, peut-être, je ne sais pas, pouvez-vous répétez la question ? (les gens qui ont cette référence : cœur sur vous , vous êtes vieux).


gif

Je n’ai pas répondu au débat de Jennifer. Pourquoi ? Premièrement, parce que je ne m’y sentais pas légitime. C’est vrai, après tout, au travers des accompagnements et des ateliers, je fais de la formation pour les auteurs. Mon avis aurait donc pu être mal interprété. Les gens pourraient prêter à mes propos des intentions malhonnêtes : que je veux vendre mes services. Il y a aussi une autre raison, c’est que sur le coup, je n’étais plus sûre de moi. Après tout, je n’ai pas appris à proprement parler. Je n’ai pas suivi de formation pour devenir écrivaine. J’ai écrit. J’ai pris les conseils là où je les ai trouvés. Et je continue encore à me renseigner et à prendre des conseils.

Mais alors ! Je n’ai pas eu de guide, mais je me suis formée et je me forme encore à l’art d’écrire. Alors voici ma part au débat, en toute transparence :

Savoir écrire, ça s’apprend. Désolée pour les personnes qui prônent que c’est inné, mais je pense que c’est faux. On peut apprendre avec un professeur ou un peut apprendre seul avec ses propres expériences, mais on apprend. Certains on plus de facilité que d’autres, mais ils apprennent quand même.

Ce n’est pas parce qu’écrire est un art qu’on ne peut pas l’apprendre. Si on fait le parallèle avec une autre forme d’art : la peinture, la sculpture, la danse... Les artistes de ces disciplines ont appris, se sont exercés, pour devenir meilleurs. Le grand Michel-Ange a étudié la peinture pendant trois ans auprès de Domenico Bigordi. Alors si tous les arts s’apprennent, pourquoi en serait-il autrement pour l’écriture ?


gif

Vous pouvez vous former vous-même, ou laissez quelqu’un vous aider. Cela dépend de vous, de vos façons d’étudier, de votre envie d’explorer ou de vous faire livrer. Il n’y a pas de bonne ou de mauvaise façon d’apprendre. Tant qu’on apprend.

Les schémas narratifs, les figures de style, les formes syntaxiques... vous pouvez trouver que cela n’a aucun intérêt de connaître tout ça. Pourtant c’est ce qui fait toute la différence, car plus on en sait sur l’écriture et ses mécanismes, plus c’est facile d’écrire et d’aiguiser sa perception des textes.

Ceux qui ne veulent pas se former... sincèrement, je ne comprends pas. Vous ne voulez pas vous améliorer ?


Mais voici que me vient une autre réflexion : parfois on « régresse ». Alors, ça veut sûrement dire que ça ne sert à rien de se former. Pas du tout !

Nous sommes des êtres humains et nous sommes fluctuants. On peut être très en forme et le jour d’après beaucoup moins. On peut être très concentré à un moment et ne plus l’être la seconde suivante. On ne régresse pas, on faiblit quelquefois, et c’est normal.

Ou peut-être qu’on pensait avoir intégré la leçon, mais que ce n’était pas vraiment le cas.

Quoi qu’il en soit, si vous constatez que vous revenez en arrière, ne paniquez pas, ne vous découragez pas et ne vous flagellez pas non plus. Ça arrive et ça vous aidera à mieux retenir votre leçon ! Soyez indulgent avec vous-même, c’est le plus important.

Par contre, si vous régressez beaucoup ou que vous ne prenez plus de plaisir à écrire, cherchez à comprendre pourquoi. Peut-être que ce n’est pas vraiment un art dans lequel vous vous épanouissez. Ça non plus, ce n’est pas grave, ce n’est pas un échec. Trouvez quelque chose qui vous anime vraiment !


Sur ce, je vous laisse, mes petits gnomes !